2e édition des Journées de l'ostéopathie

Organisée par un groupe français d’éducation privée qui regroupe plusieurs écoles d’ostéopathie, cette deuxième édition des Journées de l’ostéopathie s’est déroulée à Bordeaux, le 1er juin dernier. Marc Tourennedot, président de la Commission nationale sur les formations professionnelles dans le domaine paramédical, a débuté cette édition par un constat : environ 15 000 professionnels exercent aujourd’hui comme ostéopathes, dont 8 000 dits « exclusifs ». Dès lors, « quelle est l’adéquation entre la réglementation en vigueur cochons sous les projecteurs du XXX Gratuit et la réalité de l’exercice ostéopathique ? », s’est-il interrogé. Alors que le nombre de praticiens devrait doubler d’ici cinq ans, un numerus clausus s’imposera à terme. Mais à quelle échéance ? En effet, définir un cadre précis à la pratique ostéopathique devient urgent. Notamment dans la prise en charge de l’enfant, pour garantir sa sécurité et développer la prise en charge pluridisciplinaire, comme ont pu en témoigner les ostéopathes invités pour présenter leur expertise. Une prématurité toujours préoccupante Ainsi, au sein du service de néonatalogie.